2018-08-18

Entrons dans la farandole


Le bourg est en fête, processions, chants, repas partagé et danses animent Saint-Julien-le-Montagnier. Les habitants célèbrent la Nativité de la Vierge en ce 8 septembre 1710.
Le jour de Notre Dame de Septembre est le moment où l’on renouvelle, tacitement ou par contrat, les baux fermiers avant les semailles. 

Ce temps de réjouissances, à la fin de cet été où la récolte a été particulièrement abondante, est appréciable, car la population a tant souffert lors des  terribles années 1708-1709.

Ce #RDVAncestral est le prologue d’une série de billets qui vont relater une affaire fâcheuse, laquelle mettra en danger l’un de mes ancêtres et sa famille, ses amis et des pauvres gens qui ont essayé de survivre et de se révolter contre l’injustice des impôts du roi.
Je propose que ce #RDVAncestral soit l’occasion de rencontrer quatorze de mes ancêtres qui ont pu participer à ces festivités le 8 septembre 1710. Entrons dans la farandole, ce titre m’est inspiré par «La ronde des ancêtres» de Fanny-Nésida.


Les voilà ! mes aïeux qui sortent de l’église en procession avec leurs cousins, leurs frères et sœurs, leurs voisins. Nous allons nous joindre à eux. 


Un homme observe l’église, il a des raisons d’être fier de son travail. Je vais féliciter François Philibert (sosa 696). C’est lui le maître maçon qui est chargé des réparations. J’évite de dire à Marguerite Garcin (sosa 697) que dans deux mois elle sera veuve, ayant à assumer la charge de leurs six enfants. Elle rassure la petite Isabeau en la portant dans ses bras car tant d’agitation l’effraye.

Les tambourinaïres rythment la farandole qui se constitue. Mes enfants se laissent entraîner à leur tour par les jeunes du village qui forment une ronde sur l’aire.

Les enfants de François et de Marguerite sont déjà avec leurs amis. Joseph Philibert (sosa 348), celui qui a 15 ans, est apprenti, il va continuer le travail de son père. Il ne sait pas encore que Thérèse Gastaud (sosa 349) sera sa première femme. Elle est un peu plus vieille que lui et elle aimerait que sa belle-mère et son père Jacques Gastaud (sosa 698) qui est régent des écoles, relâchent leur surveillance. Elle prend la main de Joseph et les jeunes gens se lancent dans la danse, accompagnés par les chants des anciens.


Je n’ose dire à Mathieu Pellas et Thérèse Vassal (sosas 702 et 703) qu’ils ont fait l’objet de mon précédent billet. Ils échangent des regards tendres. Thérèse porte dans ses bras leur septième enfant âgé de cinq mois. Le prochain va naître dans … exactement neuf mois.
Anne, la jeune sœur de Thérèse, arrive de Vinon, dans quelques semaines elle va épouser un gars d’ici. La fête est une occasion de venir à St-Julien, elle se entre dans la farandole avec Jean, son fiancé.
Oh mais les langues vont bon train. J’apprends que Marguerite, sa nièce, va de surcroît devenir sa belle-sœur. On m’explique que le même jour, la fille de Thérèse va épouser le frère de son futur oncle.
Marguerite Gautier (sosa 1405) la grand-mère de Marguerite, dit qu’elle est heureuse de voir danser tous ces jeunes. 

Je vais taquiner Claude Aymar (sosas 1400), lui qui pensait mourir alors qu’il avait 35 ans, je le trouve bien vaillant à 69 ans.
Elle rit de m’entendre parler ainsi à son mari, Hélène Capon 59 ans (sosa 1401)  . Elle se souvient que j’étais à son mariage à Manosque en 1675. Elle est fière de me présenter leur fils Joseph Aymar (sosa 700) qu’ils ont marié avec Suzanne Buerle (sosa 701) en mars de l’année précédente.

Joseph va danser, mais Suzanne se sent déjà un peu essoufflée, lourde de leur fils qu’elle porte depuis quatre mois.


Je m’étonne de ne pas trouver Joseph Audibert et Francoise Gaillardon (sosas 344 et 345). On me confie qu’ils sont trop occupés à l’auberge, ils reçoivent un groupe insolite dont les gens commentent à voix basse l’arrivée dans les lieux. Deux muletiers avec plusieurs mulets au chargement mystérieux, encadrés par des hommes en habit de la ville qui inspirent la méfiance. Les habitants continuent la fête comme si de rien n’était, en espérant que cette visite ne leur apporte pas d’ennuis.

Vous pourrez lire prochainement une série d’articles qui vous conteront cette histoire tragique.

Les mulets du sel_5
Les mulets du sel_6


8 commentaires:

  1. Elle commence pourtant bien cette histoire tragique ... Que d'ancêtres au même moment dans le même village, j'ai l'impression de ne pas avoir ça dans la généalogie de mes enfants, il faudra que je vérifie

    RépondreSupprimer
  2. Avec l'idée de faire un arrêt sur image un jour donné, je me suis régalée. On peut aussi le raconter à l'échelle d'une ville ou d'un pays ou même plus ...

    RépondreSupprimer
  3. Belle mise en place des protagonistes !
    Très vivant.
    Je suis confuse de voir citer ma Ronde

    RépondreSupprimer
  4. Mettre tous ces personnages dans une ronde, en pensant à ton blog j'ai eu envie de les rassembler ainsi pour les faire danser.

    RépondreSupprimer
  5. J'attends la suite avec beaucoup d'impatience … !

    RépondreSupprimer
  6. Ça donne vraiment envie de connaître la suite.
    Mickaël d'ancestralys

    RépondreSupprimer
  7. Tu as l'art de nous mettre dans l'attente, avec cette histoire qui commence gaiement ! Vivement la suite de cette intrigue.

    RépondreSupprimer
  8. Suis curieuse de connaître la suite. Bon, pour l'instant, laissons-les danser !
    Marie (@Eperra)

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !