2018-08-31

Les mulets du sel_2

1709-1710, le Grand Hiver.

L’année 1709 a été particulièrement pénible pour les pauvres gens.
Le Grand Hiver 1708-1709 fut précoce et extrêmement rigoureux, la froidure détruisit les semences. Le gibier périt; les oliviers, les amandiers et les noyers gelèrent. Durant l’été suivant, les pluies firent pourrir les céréales. Les prix montèrent, la disette faisait mal au ventre des plus désavantagés.

Matin d'hiver à Saint-Julien (Var)

Je ne sais pas ce qu’il en dans l’auberge de Saint-Julien, mais on dit qu’à Castellane « Le blé était si rare qu’on ne recevait plus les étrangers dans les auberges, à moins qu’ils n’apportassent eux-mêmes le pain dont ils avaient besoin » [1]
A Paris, le roi ne s’inquiète guère des malheurs du peuple. Il est occupé avec la construction de Versailles et par les guerres d’Autriche qui coûtent cher. Dans les campagnes, les gens sont sollicités pour nourrir et loger les troupes qui traversent la Provence. Louis XIV a besoin d’argent, la gabelle apparaît comme une taxe fort impopulaire.

Le sel
Dans nos villages, on discute de cet impôt injuste. Le sel est précieux, indispensable pour la cuisine, pour la conservation des aliments. Il est précieux mais pas rare, les Provençaux le savent. 
« Le sel ? Il est assez facile à produire, plus que le blé ou l’huile. Il faut de l’eau de mer, du soleil et du vent.» [2]

Les cultivateurs qui ont tant peiné lors des récentes intempéries, se rendent bien compte de l’injustice, d’autant que les nobles y échappent. Les taxes ont augmenté, en 1710 jamais le sel n'a été aussi cher. La contrebande est bien tentante. Pourquoi payer cet impôt alors qu’il suffirait d’aller acheter le sel aux producteurs du littoral ? 

Sous ce renard, d'autres ancêtres cachaient du sel

Les faux sauniers
Beaucoup soutiennent ceux que l’on appelle les faux sauniers. Dans notre village plusieurs hommes vont essayer de les aider à se sortir de ce mauvais pas puisqu’ils ont été arrêtés par les gabelous, ces douaniers à la solde des fermiers du roi.

Nous les avons rencontrés dans notre auberge où ils ont fait halte lors du premier épisode des mulets du sel. Ce jour-là (le 8/9/1710), après avoir servi les repas, notre hôte, Joseph Audibert, sort discrètement de chez lui pour prévenir ses voisins et amis. Ils se concertent pour voir ce qu’ils peuvent faire afin d’empêcher que les faux sauniers soient emprisonnés à Aix.

La famille Audibert en 1710
Mes ancêtres à la IX génération :
Joseph, le chef de famille est l'hôte qui tient l’auberge, il  a 53 ans. 
En février, le 4, son épouse, Françoise Gaillardon, accouche de jumelles, je ne sais pas si Anne survit, Honorate va vivre quarante sept ans.
Françoise alors âgée de 37 ans, a donné naissance à six enfants. Le petit François précédant les jumelles, n’a vécu que sept mois. Marianne va sur ses sept ans. J'ignore ce qu'est devenu Jean Antoine, né en 1701.
L’aîné, Joseph, a douze ans et demi, il sait déjà bien s’occuper des mulets qui s’arrêtent à l’auberge, il dit qu’il sera muletier, mais il aura aussi d’autres emplois. Ce n'est pas lui, comme on aurait pu le supposer, qui va reprendre l'auberge de ses parents.

Dans le prochain épisode, Les mulets du sel _3
nous descendrons à l’écurie avec Joseph et son fils Joseph pour voir les mulets. 

merci : Joseph Piégay 
Prologue : Entrons dans la farandole
Les mulets du sel_1 : Le 8 septembre 1710



[1] cité dans La vie rurale en haute Provence, Eric Fabre, AD 04, p.136,
source Laurensi Joseph, 1775

[2] Les mulets du sel, op cité, p. 22 

6 commentaires:

  1. Michele Vin-----Ah ce grand hyver 1709 ,tuant les plux exposés et moins vêtus :3000 galériens à Marseille ,mais les plus chaudement vêtus:au service funéraire de l'épouse de Pierre Cardin Lebret,intendant de Provence ,à AIX ,18 personnes succombèrent au froid,le froid et la mal nutrition ensuite laissant des races durables--- alors ton ancêtre Françoise Gaillardon était une "solide"et mérite bien une de tes belles histoires….

    RépondreSupprimer
  2. La suite de son histoire montre que Françoise assume avec courage les évènements. C'est sympa de mettre à l'honneur mon aïeule dans ce commentaire, Michèle.

    RépondreSupprimer
  3. Belle manière de lier histoire, récit d'un ouvrage et vie de tes ancêtres !
    Je ne sais pas s'il y a des faux-sauniers dans mes aïeux, mais des gabelous oui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gabelous n'étaient guère mieux lotis. Dans cette ils auraient pu s'arranger mais les événements ont mal tourné pour tous.

      Supprimer
  4. Quelle plongée dans cet terrible hiver de 1709/1710 ! Étrangement, je n'ai rien trouvé dans les registres paroissiaux que j'ai pu dépouiller: pas plus de morts, pas de descriptions de l'état des récoltes par les prêtres... la Moselle était-elle plus préparée à ce grand froid ?

    RépondreSupprimer
  5. Dans cette thèse, publiée par les AD 04 :
    La vie rurale en Haute Provence de la fin du XVII au milieu du XXe siècle, Eric Fabre, l’auteur, se pose justement cette question et il ne confirme pas de lien attendu entre les décès ou la démographie au cours de cet hiver qui fut catastrophique en Provence, comme ailleurs.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !