2018-11-24

U_ Une alliance inattendue, en passant le Pont Morand

En passant sur le Pont Morand,
allons tirer des liens pour tisser plusieurs histoires et une alliance inattendue.

Gallica http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403112616

« Regardez en passant
Le joli pont Morand
Construit adroitement
Ce merveilleux ouvrage
Est fait sans assemblage
Pour durer deux cents ans »[1]


En passant sur le Pont Morand …
Il n’existe plus ce pont de bois qui permettait de traverser le Rhône lorsque Lyon s’est étendue sur la rive gauche du fleuve.

Construction du pont de bois sur le Rhône, BML, fds Coste  482
Forcément, le pont actuel est d’un autre style. J’aime marcher sur ce quai en appréciant la vue sur le fleuve qui entre dans la ville.


Depuis que j’ai lu l’histoire tragique d’Antoine Morand dans le livre d’Anne Verjus [2], cela m'a intéressée que l’historienne révise les idées fausses sur les rôles masculin et féminin dans le couple du XVIIIe.

Antoine Morand
Antoine a donc construit un pont, sa femme Antoinette l’aidait à gérer ses affaires. C’était un architecte apprécié pour ses projets d’urbanisme, même si ceux-ci ont suscité des hostilités de la part de personnes qui enviaient sa réussite.
Il a été guillotiné le 24 01/1794, quelques jours après Gaspard Margaron (sosa 356). Je me demande si les deux hommes se connaissaient. (Et vous allez comprendre pourquoi en lisant la suite.)

Albine Morand
La mort de sa petite-fille m’a émue.Voici l'histoire d'Albine : soucieux de son bonheur, ses parents lui ont présenté des hommes lesquels n’ont pas convenu à la demoiselle, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que le meilleur des maris pourrait être Honoré Beuf de Curis, leur voisin à la campagne. Albine est morte après deux ans de mariage, elle avait vingt ans.
Une autre histoire qui va se relier à la première …

En passant au cimetière de Loyasse


J’ai souvent fait un détour, lors de visites au cimetière de Loyasse, pour voir la tombe de la famille Margaron. Cette branche aînée ne m’étant pas proche, je n’ai pas voulu me perdre dans les recherches de toutes les personnes mentionnées sur la plaque. Et pourtant Henriette est au centre de cette famille puisque ses parents, ceux de son mari et leurs descendants reposent ici.

En 1848, nous voici donc au mariage d’Henriette Margaron, arrière-petite fille de Gaspard. Elle épouse Antoine « Mammes » Ponchon de Saint-André. Le second prénom apparaît original, le premier est celui de son arrière-grand-père Antoine Morand.

Parmi les témoins qui signent sur l’acte, quelle surprise de reconnaître Honoré Beuf de Curis qui est l’oncle du jeune époux.
Ainsi sont alliées les familles Margaron et Morand qui étaient à la noce le 23 août 1848. Les deux bisaïeuls, Gaspard et Antoine qui partagent l'affreux destin de guillotiné, auraient été heureux de marier leurs arrière-petits-enfants.





[1] Dictionnaire historique de Lyon, page 865 article Morand Jean Antoine

[2] Verjus (Anne) et Zara Davidson (Denise) Le Roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire, (Champ Vallon, 2011) (342 p.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour le commentaire que vous laisserez !