2018-11-21

R_Rue Grenette


La rue de la Grenette doit son nom à la halle aux blés. Ce bâtiment demeure à l’angle sud-est de la rue Grenette et de la rue de Brest. En face à l’angle nord-ouest se tient l’immeuble au n° 5 rue Grenette.


Nos ancêtres habitaient 6 rue Basse Grenette en 1853. La maison fut démolie lors des grands travaux d’urbanisme du Second Empire. La voie a été élargie du côté de la Saône et prolongée jusqu’au Rhône.

En septembre 1859, Jean Pierre Chartron et son fils Casimir (sosas 88 et 44) achetèrent l’emplacement. Ils firent reconstruire un bel immeuble qui fut achevé l’année suivante.

Les actes d’état civil nous renseignent sur les dates où la famille de Casimir habitait à cette adresse.
Dans la décennie 1860-1870, Émilie a donné naissance à sept de ses dix enfants. Elle fut la seconde épouse après le décès de Thérèse (voir billet précédent ) dont elle a élevé les deux fils aînés Joseph (sosa 22) et Louis. Émilie n’est pas notre ancêtre, mais je tiens à lui rendre hommage, car elle a été une mère et une grand-mère attentionnée pour la descendance de Thérèse.

20 octobre 1860, naissance d’Anne Marie
10 décembre 1861, naissance de Marie Élise, qui décède le 2 mars 1852
3 janvier 1863, naissance de Marie Andrée " Elise "
28 juillet 1864, naissance de  "Charles" Marie Jacques qui meurt le même jour.
6 décembre 1866, naissance de "Julie" Marie Camille
6 juin 1868, naissance de "Jeanne" Marguerite Marie qui décède l’année suivante
6 avril 1870, naissance de "Berthe" Marie Louise
Trois filles naissent ensuite à Poncin (Ain).
Leurs prénoms montrent une combinaison de prénoms familiaux, on risque vraiment de les confondre, j’ai eu bien des difficultés à mettre de l’ordre dans les actes, les portraits, et la correspondance de ces tantes à la mode de Bourgogne.


Prenons le temps de nous arrêter au milieu de la circulation des véhicules et des piétons pressés, levons les yeux pour admirer l'immeuble. Il s’élève sur quatre étages avec des combles sous les toits.


La façade principale comporte sept fenêtres par étage. Au-dessus de la porte, la travée centrale empile des fenêtres décorées de guirlandes, de boutons de fleurs et de fruits, de mascarons sculptés dans le calcaire. Les balcons et lambrequins de fenêtres en ferronnerie ouvragée soulignent les étages.


La façade de la rue de Brest paraît étroite avec ses trois fenêtres enserrées dans les linteaux et les pilastres en pierre de taille.


Au rez-de-chaussée se trouvent les boutiques. Le père et le fils étaient négociants en toile, à l’époque de Jean Pierre, on disait marchand-rouennier, puis marchand de tissus en gros.

Sources :
Façades Lyonnaises, Nicolas  Jacquet, Ed. Les beaux jours, 2008
Patrimoine de Rhône Alpes 

3 commentaires:

  1. Très intéressant vos articles sur les immeubles lyonnais. Je suis lyonnaise et leverai les yeux en pensant à ce tranches de vie que vous nous faites connaître. Brigitte

    RépondreSupprimer
  2. Cela me fait plaisir de semer des petites histoires pour rendre la ville plus humaine de ces vies passées.
    Vos commentaires me touchent.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !