2018-11-14

L_cimetière de Loyasse

J’aime me promener dans le cimetière de Loyasse.


Il y a quelques années, je longeais ses murs trois fois par jour et j’emmenais les enfants admirer les caveaux fleuris au début du mois de novembre.
Ce cimetière me plaisait parce qu'à cette époque je n’y connaissais aucun défunt, je ne ressentais guère de tristesse à marcher entre les tombes.

L’un des tout premiers billets de mon blog : « Le cimetière des quatre vents »


Le temps passa, j’ai commencé notre arbre généalogique. J’ose dire que j'étais heureuse de pouvoir noter les lieux des sépultures concernant la branche lyonnaise de mon mari. Ce lieu prenait du sens pour moi, je pouvais alors marcher et rendre visite à des vieilles connaissances.


En 1838, il accueillit Jacqueline Margaron. Sa famille avait acheté une concession proche de celle de leurs amis qui depuis vingt ans commençaient à investir le cimetière (ouvert en 1808). Je sais moi aussi repérer plusieurs tombes de leurs cousins, alliés ou amis. Je ne manque pas de faire une ronde plus précise pour rendre visite à ceux qui m’inspirent selon mes recherches. Et j’en découvre des nouveaux.

La proximité des sépultures m'apparaît comme une source d’étonnement.
William et Madeleine, dont j'ai raconté l’histoire émouvante, demeurent juste à côté du cousin Gaspard  Marguerite que je croyais prétentieux, mais peut-être je me trompe sur son compte, car sa famille m’intéresse. (U_ Une alliance inattendue)

Mary repose avec ses parents alors que l’oncle Augustin n’est pas là !
Et Clotilde dont j’ai raconté les funérailles dans un RDVAncestral : "Autour de Clotilde ".  Elle a rejoint son époux, les grands-parents de celui-ci et leur bébé pour qui ils avaient acheté la concession. Ensuite, le 31 mai 1933, tous les corps de cette sépulture sont exhumés et transférés à Montbrison dans un caveau familial. L’emplacement a été vendu.
Pourtant, je vais quand même le voir, car l’oncle Eugène que j’ai connu est enterré pas loin.


Terminons la promenade en passant à nouveau devant la tombe de Jacqueline. Je prends le temps de relire encore une fois les vingt-six noms gravés sur la pierre, tous me sont familiers à présent.  Des aïeules, des petits enfants, des jeunes femmes (si jeunes ! comme Thérèse Mital, 23 ans) se sont endormis là. Mais où est Joseph ?

Si cette promenade vous a plu, vous pouvez aller au 

5 commentaires:

  1. C'est dans ce cimetière que mes arrière arrière grands parents Michel Billard et Thérézine Moustelon ont été inhumés dans un premier temps, avant d'etre transféré à Tourouzelle. Je suis ta visite et mentalement je prépare celle que je ferai un jour sur leurs traces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Viens me voir à Lyon, Brigitte. La visite devrait te plaire.

      Supprimer
  2. Si on m'avait dit qu'un jour j'aimerai me promener dans un cimetière...

    RépondreSupprimer
  3. Quel beau cimetière ! On a envie de s'y promener !
    Continue de nous promener dans Lyon, Briqueloup, je ne connais pas, mais j'ai l'impression d' y être..

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !