2018-06-25

Le fils du héros


Le fils du héros, Karla Suarez

El Hijo del héroe,
traduit de l’espagnol (Cuba) par François Gaudry, éd. Métailié, 2017, 259 p.

https://editions-metailie.com/livre/le-fil-du-heros/

Le père du héros de ce roman est-il un héros ?
Aucun doute, il faisait partie des troupes cubaines, il est mort en Angola ce qui lui confère un statut digne des honneurs de la nation cubaine.
Ernesto avait 12 ans lorsqu’il devient « le fils du héros », il prend alors sur lui le poids de ce deuil, et sa vie parait triste, taciturne, raisonnable et studieuse.
Au fil de ses rencontres amoureuses, le jeune homme devient un grand lecteur.
La construction de ce roman est brillante, chacun des 26 chapitres porte le titre d’un livre important pour Ernesto. Ce qui donne envie au lecteur d’explorer ces livres ; depuis La forêt obscure jusqu’au Retour aux sources, les récits sont émaillés de références et de citations discrètes que l’on a envie de ne pas négliger.
Cependant l’histoire d’Ernesto nous ramène inexorablement à sa quête sur l’histoire de son père.

Renata, sa femme, est réticente envers ce projet qui va finalement causer la ruine de leur couple qui était si bien assorti. C’est aussi ce que lui dit son ami Berto, un vétéran cubain à qui il pose tant de questions sur l’Angola.
« Puis il leva les yeux sur moi, je devrais prendre garde, dit-il, c’était important tout ce travail que je faisais sur la mémoire, sur le passé, mais il craignait qu’à trop m’obstiner je perde contact avec le présent. »
Ernesto tient un blog pour écrire sur cette guerre lors de laquelle Cuba s’est engagé en Angola. Par ce moyen, il essaye de comprendre pourquoi Cuba a envoyé ses hommes, dont son père, mourir en Afrique.

Ce superbe récit nous transporte de Cuba à Lisbonne, en passant par Berlin. 

« La mémoire est comme une grande malle remplie de petites boîtes des souvenirs différents qu’on sort ou qu’on laisse selon son humeur. Le problème est que parfois, par inadvertance, une de ces petites boîtes s’ouvre toute seule et devient comme la maudite boîte de Pandore. Alors il faut s’organiser, saisir les souvenirs au vol, les remettre dans leur petite boîte, la fermer en forçant et en poser une autre dessus, pleine de moments agréables, plus forts et plus volumineux.  Surtout ça : quelque chose de fort qui occupe l’espace. »
Ernesto se remémore les réunions de famille à La Havane entre l’exubérance de ses oncles et la tristesse de sa mère, les colères de sa sœur et les silences d’Antonio, ami de son père.
Ce père tellement parfait qui n’aurait comme défaut que celui d’être mort.


Lisez ce roman, vous comprendrez comment la chute qui s’esquisse dans le chapitre « Les intermittences de la mort » se révèle inattendue. Karla Suarez a réussi un livre passionnant qui nous éclaire sur l’histoire de Cuba vécue par le héros pendant les années 1970.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour le commentaire que vous laisserez !