2018-11-03

C_ Clocher de la Charité


Comprenez-vous cela : le clocher de la Charité va être démoli ?

Démolition de la Charité AML 2ph31_14

Fanny est une très belle femme, mais la voyez-vous en ce mois de juin 1935 ? Elle ne porte pas ses escarpins élégants qu’elle met pour aller au bal de la Préfecture, elle marche avec ses grosses chaussures, elle se hâte, elle est en colère. Il faut qu’elle réunisse des signatures pour sa pétition des Amis du Clocher de la Charité.


Elle en a parlé à ses amies qui sont elles aussi mécontentes. Elle organise un sit-in dans la rue, sur les rails du tramway. C’est la première fois que l’on voit cela à Lyon.
Elle a écrit des lettres pour interpeller Édouard Herriot. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’adresse au maire de Lyon. Ce personnage ne l’impressionne pas du tout. Elle connait ses amis, elle connait sa femme, elle plaint Blanche d’être l’épouse de cet arriviste, elle sait tout ce que cet homme doit à leurs familles depuis son arrivée à Lyon. Fanny est en colère…
Au XVIe siècle les Lyonnais ont construit les deux hôpitaux pour l’Aumône Générale : l’Hôtel Dieu et la Charité. « C’est l’Hôpital qui se moque de la Charité… » dit-on depuis lors.


En 1935, on construit la Grande Poste. Ce vilain bâtiment sur l’emplacement de l’hôpital de la Charité que l’on a rasé. Les amis de Fanny se révoltent.


La chapelle et son clocher sont menacés. Ce clocher qui se dresse depuis 1666 doit être préservé de ces vandales sacrilèges. Fanny n'a pas peur des mots. Elle sait que ce serait une grossière erreur de laisser faire ces destructions.  Le pauvre cher vieux clocher est très solide. La chapelle a été restaurée en 1837 par l’architecte Alphonse Duboys (que vous pourrez lire dans le billet F-Fourvière), c'est un cousin de son père.


Fanny constitue le Comité des Amis du clocher de la Charité. Elle mobilise le Comité des dames certes moins nombreux que le Comité des messieurs où signent des noms célèbres à Lyon.

Fanny  met toute son énergie pour défendre le clocher de la Charité.



Grâce à elle et à ses amis, il est toujours debout et les Lyonnais en sont heureux.
Fanny Falcouz est l’arrière-grand-tante de mon mari.

7 commentaires:

  1. Belle mise en avant de ton ancêtre Fanny. J'ignorais d'où venait l'expression : « C’est l’Hôpital qui se moque de la Charité » !

    RépondreSupprimer
  2. Les lyonnais peuvent être effectivement fiers de Fanny ! Quelle belle leçon : comme quoi malgré tout ça vaut la peine de se battre !

    RépondreSupprimer
  3. Lorsque ces dames s'en mêlent.....
    Lorsque je découvre le rôle particulier de Fanny...

    RépondreSupprimer
  4. A la faveur d'une nuit d'insomnies (Ah, laissez-moi mes insomnies! comme chantait si bien Barbara, je lis tes premiers billets si instructifs du Challenge AZ et j'apprends plein de choses comme l'origine de cette expression sur l'hôpital et la charité que personnellement, j'utilise souvent !

    RépondreSupprimer
  5. Heureusement que des personnes comme Fanny se sont battues pour sauvegarder notre patrimoine. Bravo à eux (et à Fanny).

    RépondreSupprimer
  6. Sympa vos commentaires, je vous remercie pour Fanny. J'ai beaucoup d'affection pour ce personnage fantasque, j'ai imaginé cette colère pour lui rendre hommage.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !