2017-06-08

G _ Gaspard a été Guillotiné

Le 9 nivose de l’an II, Gaspard Margaron est mort sous le couperet de la guillotine.
C’est notre aïeul à la VIII génération, sosa 228 de mon mari.
Quelle fut sa vie ? De quoi l’accuse-t-on ?

Gaspard Margaron est né à Lyon, il porte le prénom de son grand-père qui est son parrain, son baptême est enregistré à Notre-Dame de la Platière le 31 octobre 1720.
Comme son père, il devient marchand fabriquant d’étoffe de soie, sa famille habite sur les pentes de la Croix-Rousse.

Les Lyonnais aiment aller dans leur maison à la campagne. J’ai longtemps cherché où pouvait se trouver la sienne à Écully et l’écriture de ce billet m’a permis d’en situer la porte d’entrée que voici.


Le sieur Margaron est élu maire d’Écully le 2 décembre 1792. Les réunions du conseil municipal se tiennent souvent dans sa maison puisqu'il n'y a pas encore de mairie.
En 1793, la Terreur sévit à Lyon. Le maire fait sonner les cloches pour appeler ses concitoyens d’Écully à résister en rejoignant les Lyonnais contre-révolutionnaires. Mais les habitants ne le suivent pas, alors le 11 août 1793, il donne sa démission.
Ensuite tout se précipite, débordé par le flot révolutionnaire il est  arrêté, emprisonné. On trouve son procès aux AD du Rhône, c’est un microfilm sous la cote 2MI 138 D 21


Dans ce dossier, il faudrait lire attentivement les pièces à charge et ces pages signées de ses concitoyens réclamant l’élargissement, autrement dit : la libération de leur maire.

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40247875f

 Condamné à mort, Gaspard est guillotiné
le 24 décembre 1793,à l’âge de 74 ans. 


Source :
Tableau général des victimes & martyrs de la Révolution, en Lyonnais, Forez et Beaujolais : sous le régime de la Terreur, 1793-1794 / par Antonin Portallier, sur Gallica  http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372443814

2 commentaires:

  1. Toujours très passionnants vos articles Marie Hélène. Sur son acte de décès il était mentionné qu'il avait été guillotiné ?

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas retrouvé son acte de décès, ni à Lyon, ni à Ecully. Aujourd'hui à la suite d'une rencontre (RDVAncestral) qui sera l'objet du billet O je viens d'avoir la réponse. C'était une telle confusion à cette époque que les milliers de victimes n'ont pas été inscrits sur l'état civil.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !