2017-06-06

E _ Émigrés

Que feriez-vous si votre père ou votre frère était arrêté, si votre nom était sur la liste des condamnés ?

Émigrer dans le contexte de la Révolution française entre en résonance avec notre époque où beaucoup de familles décident de quitter leur pays qui devient trop dangereux.
Certainement, selon les familles touchées par les guerres civiles, les conditions de l’exil ne sont pas les mêmes.

Fuite des émigrés http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40249604v


Lors de la Révolution, il s’agit de sauver sa peau, d’échapper à la Terreur. Mais émigrer c’est mettre sa famille en danger, être banni, perdre ses biens et ses droits.

La Convention fit inscrire le nom des émigrés sur des listes et cette inscription était un arrêt de mort. Des décrets organisent le séquestre et la vente de leurs biens et même de ceux de leurs femmes. La loi permettait le divorce pour cause d’émigration. 
Pour se sauver avant d'être dénoncé (à lire plus tard, lettre N du challengeAz), il fallait être averti et agir rapidement , ce que n'a pas réussi François Lupin. (vous découvrirez son histoire demain)

http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40249616v


32 000 hommes sont inscrits comme émigrés sur des listes, par conséquent condamnés à mort s’ils reviennent, tous leurs biens sont saisis. Après la fin de la Terreur et du règne de Robespierre, la plupart des émigrés sont autorisés à rentrer chez eux.

Tous n’ont pas été sur cette liste. Comme la plupart des 150 000 personnes qui ont quitté la France, nos ancêtres qui ont émigré n’étaient pas des nobles, ils étaient commerçants, artisans ...

A Lyon, plusieurs étaient des soyeux comme les frères Margaron, fils de Gaspard qui s’exilèrent en Suisse où ils ont rejoint une quantité de Lyonnais lesquels ont apporté leur savoir-faire dans la fabrication d’étoffes. 

André Margaron (sosa 114) officier pendant le siège de la ville et Antoine, son frère aîné, figuraient sur laliste des dénoncés … Il était urgent de s'échapper. 

"Margaron 35 ans ; bel homme, visage plein et rond, marchand de gaze, 5 pieds 7 pouces"
"Antoine Margaron, âgé de 42 ans , né à Lyon, dept du Rhône, place des cordeliers, marchant de gaze, commandant de bataillon, condamné à mort et non exécuté, attendu son évasion" 


Je vous parlerai prochainement de Joseph P. qui a émigré en Italie, de Laurent Duvernay qui s'est enfui en Angleterre.

Lorsque la tourmente révolutionnaire eut passé, ils vont demander à être radiés des listes.

Aux Archives nationales sont conservés les dossiers nominatifs des demandes de radiation et de mainlevée de séquestre qui vont être mis en ligne progressivement. Si je peux trouver leurs noms, je compléterai cette enquête.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour le commentaire que vous laisserez !