2015-06-16

N _ Nés à Marseille, les métiers de la famille Nicolas

La famille Nicolas réside à Marseille depuis le XVIIème siècle. 
Voici les métiers de mes ancêtres marseillais qui vivaient là : 

source de l'image : Musée d'Histoire de Marseille

Si l'on remonte dans le temps sur les sept générations patrilinéaires précédant mon arrière-grand-mère  Marie Nicolas (1843-1817)

Toussaint Nicolas est cordier en 1851, il habite rue des Tamaris, dans le quartier Saint-Laurent. Cette rue n’existe plus; vous en lirez l’histoire page suivante.
André Nicolas est horticulteur, jardinier, ouvrier salpêtrier comme l’indique son acte de mariage avec Marie Magdeleine Cauvin, en 1803 à La Major.
 En 1803 l’ancienne Major est en très mauvais état, la nouvelle cathédrale  n’est pas encore  construite. Dans le jardin de la prévôté, il y avait une  ancienne poudrière, d'où le salpêtre.
Guillaume Nicolas, est laboureur, jardinier, il s’est marié trois fois après ses veuvages
En 1793, il réside "En la maison de campagne du citoyen Barbarin prise hors la porte Bernard du bois"
Jean Baptiste Nicolas est ménager, il a épousé Anne Rose Icard en 1738
Esprit Nicolas, né en 1694, est jardinier. Il a épousé Anne Carle en 1715 à La Major.
Ils ne sont pas décédés lors de la terrible épidémie de peste qui a sévit à Marseille en 1720 et qui causa la mort d'un tiers des habitants.

Jean Baptiste Nicolas et Isabeau Sardou habitent le Canet lors de leurs décès en 1745 et 1740.

Les descriptions pittoresques de Marseille en 1803 (à lire ci-dessous), nous font comprendre l'ambiance des rues du quartier Saint-Laurent à l'époque.

 Tableau historique et politique de Marseille, ancienne et moderne    Ou Guide fidèle du Voyageur et des Négocians dans cette ville         (chap VII p.142)
Il nous reste à décrire la partie de la Ville la plus peuplée et peut-être la plus importante. Elle a toujours été et elle est encore le centre du commerce de détail. C'est elle qui fournit les Marins, et qui renferme les Chapeliers, les Armuriers, les Caissiers, les Tonneliers, les Teinturiers, les Chaussetiers, les Cordiers, les Layetiers , et cette réunion d'ouvriers en tout genre si nécessaires au commerce, et qu'on chercherait en vain dans la nouvelle Ville.
Toussaint Nicolas (sosa 18) est cordier, cet artisanat est prospère dans un port comme Marseille.
Auguste Deleurye (sosa 38) est layetier, il fabrique des caisses en bois.


Les quartiers de ces artisans, la rue des Tamaris, de la Fontaine de Moyse sont décrites dans ces documents. 

Revue de Marseille et de Provence, Volume 12 (Livre numérique Google)

 Le quartier traversé par la vieille Rue Roudiau fût peuplé de travailleurs et principalement de marins et de pêcheurs. On y voyait les Mouisseous, - les cordiers-de là est venu le nom de la rue Mow/se, appelée aujourd'hui rue Moïse. Il y avait à l'extrémité, vers le Port, un grand abreuvoir adossé contre la dernière maison. Il était connu sous le nom de la Font Pevolhous, ce qui indique qu'on y lavait de la filasse.
On trouve un point du quai nommé Pellosa Manguaniera. Ce nom n'a-t-il pas quelque rapport avec un emplacement où l'on préparait la filasse Ce qui offre peu de doute, c'est qu'il était du côté de Saint-Jean. En 1648, l'abreuvoir fut reconstruit ; on l'appela Fouent Mouyse, moins sans doute pour en proscrire le nom que pour en interdire l'usage aux cordiers. Il paraîtrait que la Municipalité ne fut pas sévère jusques au bout, car la dénomination primitive demeura, et la vieille habitude aussi. A l'époque de l'agrandissement des quais, en 1843, fontaine, pyramide, tout a disparu.

5 commentaires:

  1. Bonjour,

    Des métiers variés qui sont très intéressants. En plus vous avez trouvé quelques informations fort utiles pour mieux comprendre la vie de vos ancêtres.

    Encore un article de qualité sur votre blog que j'ai découvert grâce au challenge AZ.

    Au plaisir de vous lire,
    Thomas de Sacrés Ancêtres!

    RépondreSupprimer
  2. Merci c'est sympa ! Votre blog est super et très intéressant à lire aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Mon mari est né a Marseille et toute sa généalogie en est issue. Il y a des Nicolas et des Sardou ainsi que des Icard etc... aurions nous un petit lien de parenté !!
    selma cayol

    avez vous un arbre sur geneanet !

    RépondreSupprimer
  4. http://levieuxcayol.canalblog.com/archives/2015/02/26/31606977.html


    sur geneanet pseudo : cayolo20

    selma cayol

    RépondreSupprimer
  5. Je lis votre message avec beaucoup d'enthousiasme, cela me plairait bien de trouver des cousins à Marseille.
    Voici le lien pour voir cette branche que j'ai publiée sur geneanet.
    http://gw.geneanet.org/briqueloup

    Il est bien tard et je remets la comparaison de nos arbres à demain.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !