2015-03-06

Bourgogne

Dans la famille de mon époux, c’est une autre configuration. L’arrière-grand-père a fait l’école des Chartes, il a dressé quantités de généalogies. Celle qui est la plus valorisée étant bien sûr la lignée agnatique.
En 2007, les AD 71 ont ouvert l’état-civil à la consultation libre il était prévu qu’elle devienne payante quelques semaines plus tard. Je me suis précipitée pour vérifier les arbres du grand-père, retranscrits par les cousins. Bien vite ce sont les femmes qui ont retenu mon attention : Sara Micot, Suzanne Maugès, Suzanne Soldat, Lelie Patissier, Élisabeth Chiquet et autres …
Les AD 71 sont restées en libre accès, facilement consultables et les arbres se sont développés sur cette fertile terre bourguignonne.

Bravo grand-père Adrien pour ton travail rigoureux !